Dernières nouvelles

AFRIQUE-SOINS DE SANTE DES CHEFS D'ETATS A L'ETRANGER : UNE OPPROBRE PERMANENTE JETEE SUR LE CONTINENT (JEANOT LUBAMBA CIAMALA)

2021-30-07

D'une manière générale, il y a plus de six décennies que l'Afrique a accédé à son independance. Depuis lors, le cordon ombilical qui unissait l'ancienne puissance coloniale (Europe) à ses anciennes colonies africaines n'est toujours pas complétement coupé. Si les panafricains luttent par tous les moyens pour couper ce cordon ; les Européens et leurs partenaires, par contre, font tout pour le maintenir, mais cette fois-ci dans l'ordre de la puissance douce (soft power) contrairement à la puissance forte (hard power) utilisée pendant la colonisation.

Les Chefs d'Etats, les politiciens et politiques africains ainsi que certaines personnes de grand renom et les plus nanties, se font eux aussi prendre dans les pièges des anciens colonisateurs y incluant également leurs pays. Les cas sont une pléthore particulièrement dans les domaines politique, économique, culturel. Ils sont aussi nombreusement illustrés dans le domaine de la santé. Il ne fait l'ombre d'aucun doute que les Chefs d'Etats africains se font soigner en dehors du Continent. Il en est de même des autres politiciens et politiques. D'ailleurs, certains d'entre eux sont décédés entre les mains des Médecins des grands hôpitaux des anciens Métropoles. J'en connais beaucoup, mais me réserve de les citer. Chaque fois qu'un Chef d'Etat africain, un Premier-Ministre, un Ministre, un Député, un Sénateur, un nanti africain, tous se font soigner en dehors du Continent, c'est une opprobre permanente qu'ils jettent sur l'Afrique.

Infrastructures hospitalières en mauvais état

Dans beaucoup de pays du Continent, il manque des structures de santé de qualité, bien équipées et dignes de confiance. Bref, il manque de structures sanitaires modernes. Plusieurs pays continuent à se contenter de celles leur léguées par le colonisateur à son départ. Allez-y vous en imaginez l'état actuellement. Les régimes présidentiels qui se sont succédé dans nos pays depuis l'accession à la souveraineté nationale et internationale n'ont pas pensé à cette question. Conséquence : ce sont des populations qui doivent se contenter des infrastructures en piteux état ou des centres de santé en grand format construits par les Gouvernements.

Au Nigeria, par exemple, l'Avocat Femi Falana avait déclaré en 2018 : "Il y a quelques années, j'ai été obligé de saisir les tribunaux afin d'empêcher que les personnes qui ont une fonction publique partent à l'étranger pour se faire soigner dans le compte du trésor public. Même si le tribunal a déclaré que je n'avais pas de locus standi (la capacité de porter l'affaire devant les tribunaux) (...). Nous devons parvenir à obtenir que si vous occupez une fonction publique au Nigeria, vous ne pouvez pas aller à l'étranger pour suivre un traitement médical, vous ne pouvez pas éduquer vos enfants à l'étranger. Si nous n'y parvenons pas, nous n'occuperons jamais de nos hôpitaux, ni de nos écoles." (Propos recueillis du Journal nigérian The Daily Post).

L'exposition des Chefs d'Etats africains et leur pays au ridicule ; une honte pour l'Afrique

Tous les séjours médicaux des Chefs d'Etats africains et des plus nantis à l'étranger exposent nos pays au ridicule et à une honte extrême. En fait, comment peut-on justifier que des pays comme le Nigeria, la République Démocratique du Congo, qui disposent d'énormes ressources naturelles, ne puissent pas se doter d'hôpitaux de qualité qui permettent à tous d'être soignés sur place ?

Lors d'une rencontre régionale sur la santé organisée par l'OMS au Zimbabwe, le Ministre de la Santé sud-africain, Aaron Motsoaledi, avait déclaré en août 2017 : "Je l'ai déjà dit et je le répète : nous sommes le seul Continent dont les dirigeants recourent à des services médicaux hors du Continent, hors de notre territoire. Nous devons en avoir honte. C'est ce qu'on appelle du tourisme sanitaire" (Propos recueillis du Journal zimbabwéen News Day).

Conclusion

Si l'Afrique ne peut pas être de fait politiquement, économiquement indépendante vis-à-vis de l'Europe, des États-Unis, de la Chine, elle doit tout au moins tenter de compter sur elle même sur le plan sanitaire. En plein XXIème siècle, il importe que le Continent dispose des structures de santé modernes et inspirant confiance où tous doivent se faire soigner : du Chef de l'Etat au peuple.

Les hôpitaux modernes sont à l'Afrique berceau de l'humanité, ce que le sang est à l'organisme humain et l'eau à l'organisme végétal. Il est temps que les Chefs d'Etats africains et leurs Gouvernements prennent la question à mains.

La Rédaction